LA SADHANA

Sadhana se traduit littéralement par « le moyen d’accomplir quelque chose ». Il s’agit d’avoir une pratique régulière, une habitude de vie, pour en apprendre quelque chose chaque jour.
La Sadhana implique la pratique quotidienne du yoga. A travers cette régularité, on développe son autodiscipline pour mettre au travail son mental et son corps, au service de son esprit, et de son infini potentiel. D’après le Yoga Kundalini, selon les enseignements de Yogi Bhajan, la Sadhana la plus puissante est celle du matin* : avant le lever du jour, tout est calme et l’inclinaison entre le Soleil et la Terre est idéale pour les énergies à utiliser et à développer lors de cette pratique. C’est la meilleure introduction à la journée, que l’on puisse s’offrir. Le simple fait de se lever plus tôt, en combatant son ego paresseux, avec la volonté de pratiquer, est un gros travail sur le contrôle de notre mental, et donc sur le développement de notre conscience. Dans le Yoga Kundalini, on dit que chaque jour où la Sadhana est effectuée, c’est une nouvelle victoire accomplie!

La Sadhana peut se pratiquer seul ou en groupe. Seul, elle nous permet de travailler sur notre conscience propre, en mettant en oeuvre toute notre volonté. En groupe, elle offre en plus la possibilité d’harmoniser les volontés et les états de conscience individuels, et de les transposer au collectif. Les énergies s’équilibrent et s’enrichissent mutuellement. Une personne traversant un moment ombragé de doutes ou de douleurs est rattrapée par d’autres énergies plus claires et plus saines, au même instant. Les champs magnétiques fusionnent et forment une aura de groupe. Cela induit, à la fin d’une sadhana, une communication plus intuitive entre les personnes y ayant participé.
Dans le Yoga Kundalini, la personne qui guide une sadhana de groupe pratique le plus possible les exercices avec les autres.

Au début de l’engagement dans cette pratique, la Sadhana peut être vécue comme une obligation pratiquement dépourvue de sens. Notre ego résiste pour préserver son confort, en tentant de nous persuader que c’est un sacrifice inutile. Mais relativement vite, grâce à la pratique elle-même, le mental peut se neutraliser et considérer positivement l’élévation de la conscience, qui est générée. On appelle cette phase Aradhana. Le subconscient et l’ego lâchent prise petit à petit, et la pratique n’est plus perçue comme un fardeau; c’est une joie. Mais Aradhana est constituée de paliers plus ou moins nombreux. A certains niveaux de conscience atteints, nous nous reposons en nous contentant de cet état. Le subconscient reprend alors tout doucement le dessus. La démarche n’a plus la même motivation, et la stagnation peut entrainer un plus grand risque : le recul. Il faut alors retrouver les intentions de départ pour continuer à avancer de manière constante.
Lorsque ce travail sur le subconscient est accompli, Aradhana est passé et la démarche devient neutre, naturelle et donc infinie; c’est ce qu’on appelle Prabupati. Il n’y a plus de conflit possible avec l’ego. La conscience a atteint un niveau universel, et tout peut être vécue dans l’harmonie, la compassion et le pardon inconditionnel. La motivation pour la pratique vient directement de l’âme et c’est ce que le Yoga Kundalini met en lumière.

Sadhana se traduit littéralement par « le moyen d’accomplir quelque chose ». Il s’agit d’avoir une pratique régulière, une habitude de vie, pour en apprendre quelque chose chaque jour.
La Sadhana implique la pratique quotidienne du yoga. A travers cette régularité, on développe son autodiscipline pour mettre au travail son mental et son corps, au service de son esprit, et de son infini potentiel. D’après le Yoga Kundalini, selon les enseignements de Yogi Bhajan, la Sadhana la plus puissante est celle du matin* : avant le lever du jour, tout est calme et l’inclinaison entre le Soleil et la Terre est idéale pour les énergies à utiliser et à développer lors de cette pratique. C’est la meilleure introduction à la journée, que l’on puisse s’offrir. Le simple fait de se lever plus tôt, en combatant son ego paresseux, avec la volonté de pratiquer, est un gros travail sur le contrôle de notre mental, et donc sur le développement de notre conscience. Dans le Yoga Kundalini, on dit que chaque jour où la Sadhana est effectuée, c’est une nouvelle victoire accomplie!

La Sadhana peut se pratiquer seul ou en groupe. Seul, elle nous permet de travailler sur notre conscience propre, en mettant en oeuvre toute notre volonté. En groupe, elle offre en plus la possibilité d’harmoniser les volontés et les états de conscience individuels, et de les transposer au collectif. Les énergies s’équilibrent et s’enrichissent mutuellement. Une personne traversant un moment ombragé de doutes ou de douleurs est rattrapée par d’autres énergies plus claires et plus saines, au même instant. Les champs magnétiques fusionnent et forment une aura de groupe. Cela induit, à la fin d’une sadhana, une communication plus intuitive entre les personnes y ayant participé.
Dans le Yoga Kundalini, la personne qui guide une sadhana de groupe pratique le plus possible les exercices avec les autres.

Au début de l’engagement dans cette pratique, la Sadhana peut être vécue comme une obligation pratiquement dépourvue de sens. Notre ego résiste pour préserver son confort, en tentant de nous persuader que c’est un sacrifice inutile. Mais relativement vite, grâce à la pratique elle-même, le mental peut se neutraliser et considérer positivement l’élévation de la conscience, qui est générée. On appelle cette phase Aradhana. Le subconscient et l’ego lâchent prise petit à petit, et la pratique n’est plus perçue comme un fardeau; c’est une joie. Mais Aradhana est constituée de paliers plus ou moins nombreux. A certains niveaux de conscience atteints, nous nous reposons en nous contentant de cet état. Le subconscient reprend alors tout doucement le dessus. La démarche n’a plus la même motivation, et la stagnation peut entrainer un plus grand risque : le recul. Il faut alors retrouver les intentions de départ pour continuer à avancer de manière constante.
Lorsque ce travail sur le subconscient est accompli, Aradhana est passé et la démarche devient neutre, naturelle et donc infinie; c’est ce qu’on appelle Prabupati. Il n’y a plus de conflit possible avec l’ego. La conscience a atteint un niveau universel, et tout peut être vécue dans l’harmonie, la compassion et le pardon inconditionnel. La motivation pour la pratique vient directement de l’âme et c’est ce que le Yoga Kundalini met en lumière.

Comment se déroule la Sadhana ?

  • Lever à 4h du matin (en stage nous commençons à 5h)
  • Douche froide (éviter de diriger le jet de douche directement sur les cuisses et au-dessus du niveau du nez). Plus de détails sur la douche froide en CLIQUANT ICI
  • Jap Ji : lecture ou écoute environ 20mn
  • Kriya (série d’exercices) précédés d’échauffements éventuels environ 1h
  • Relaxation maximum 7mn
  • Méditations chantées avec 7 mantras particuliers environ 1h

En fonction de vos possibilités, vous pouvez ajuster ce modèle. Mais le travail sur votre mental n’est pas une mince affaire; il ne se fera pas profondément, sans un réel engagement qui implique des efforts. Le fait même de l’accomplissement de ses efforts constitue la victoire sur votre mental; chaque matin.

Les mantras de la Sadhana

Le Yoga Kundalini utilise beaucoup de mantras que ce soit pendant les asanas, ou pendant les méditations.

Les mantras sont des mots ou des séries de mots que l’on répète afin que leur vibration nous nourrissent. Quelques soit leur provenance (indienne, tibétaine, chinoise, japonaise…), ils appartiennent à des langues anciennes, dites sacrées, car la vibration produite par la sonorité des mots, correspond à la vibration de la chose qu’il désigne.

Dans le Kundalini Yoga, les mantras utilisés viennent du pendjabi (région au nord ouest de l’Inde) et sont fréquemment utilisés pendant les pratiques.

Téléchargez les Mantras !

Téléchargez les textes et leur traduction pour pouvoir les chanter lors de votre Sadhana…

– ADI SHAKTI MANTRA ou MORNING CALL,  1er mantra de la Sadhana –

EK ONG KAR SAT NAM SIRI WAHE GURU
Le créateur et sa création ne sont qu’un.
C’est notre véritable identité.
L’extase de cette sagesse est grande, au-delà des mots.

Ce mantra de Yoga Kundalini en huit parties correspond aux huit centres énergétiques du corps (7 chakras + l’aura). Ces huit mots sont comme des lettres codées, qui nous connectent à l’énergie créatrice universelle. Il est très puissant pour éveiller l’énergie Kundalini et amener le mental à la béatitude.
De tous les mantras de la Sadhana, celui-ci est le seul qui se fasse sans musique réelle, mais vous pouvez vous accompagner de certains enregistrements.


Ce mantra propose un travail énergétique interne particulier, voici comment le pratiquer :

La totalité du mantra s’opère sur 3 respirations et demi. D’un bout à l’autre du mantra, vous allez faire monter l’énergie en spirale, le long de la colonne, en serrant au fur et à mesure les zones des chakras successifs.

*Après une 1e grande inspiration, EK ONG KAR se fait sur une seule et même expiration :
EK est très court et correspond au serrage de la zone anus-périnée (1er chakra), que vous allez maintenir tout le long du mantra, comme tous les serrages qui vont suivre.
ONG se prononce sur une note longue, et correspond au serrage des organes génitaux (2e chakra)
KAR est un peu moins long que Ong, et correspond au serrage du centre du nombril (3e chakra)

*Après une 2e grande inspiration, SAT NAM se fait sur une seule et même expiration:
SAT est très court et correspond au serrage du diaphragme (4e chakra), remontant vers la gorge.
NAM est approximativement aussi long que Ong et correspond au serrage de la gorge (5e chakra) SIRI est court, et correspond à une pression de l’intérieur, vers le 3e œil, le point entre les sourcils (6e chakra)

*Après une dernière demi-inspiration, WAHE GURU se fait sur l’expiration : Votre attention au sommet du crâne (7e chakra), WAH , très court, libère l’énergie accumulée durant tout le mantra et toutes ses fermetures. Cela se produit en relâchant d’un coup tous les serrages, sur la syllabe Wah. Durant HEY GURU, moyennement long, l’énergie est libérée par le 7e chakra, comme un jet d’eau, et coule le long du corps physique et de l’aura.
Répétez ce cyle pendant 7 minutes…

– LES AUTRES MANTRAS DE LA SADHANA –

Il existe énormément de versions des mantras de Sadhana, nous vous en proposons ici quelques unes :
(vous pouvez lire le morceau en cliquant directement dessus, ou bien le télécharger en faisant clic droit, puis en sélectionnant « Enregitrer la cible du lien sous »)

Vous pouvez aussi retrouver les albums entier ici:

Téléchargez gratuitement :

VOTRE GUIDE GRATUIT

"Prenez en main votre bien-être"

- 1 Ebook -

- 5 vidéos -